Un TRÉSOR à découvrir: Les croix de chemin de la région de POHÉNÉGAMOOK

Pohénégamook et ses environs forment le sud de la région du Témiscouata, à l’est de Rivière-du-Loup. C’est une sorte de ruban qui se déroule le long de la route 289 entre le fleuve et le Nouveau-Brunswick, et qui borde le lac Pohénégamook (environ 12 km de longueur), puis la rivière Saint-François, qui sert de frontière avec l’État du Maine, et enfin le lac Long, qui porte bien son nom avec sa vingtaine de kilomètres de longueur sur un km de largeur, et qui nous amène aux portes de la région du Madawaska au Nouveau-Brunswick. La route 289 a été justement surnommée la route des Frontières.

La municipalité de Pohénégamook compte trois paroisses: Saint-Éleuthère en bordure du lac vers le milieu, puis Sainte-Marie-Médiatrice d’Estcourt au pied du lac, selon la jolie expression des résidents, là où un pont frontalier franchit la rivière Saint-François, et enfin Saint-David de Sully un peu plus loin.

À la tête du lac, du côté de Saint-Éleuthère, il y a un grande croix illuminée en aluminium au sommet d’un belvédère tout neuf. Cette « Croix de la Montagne » est à la fois croix des pionniers et croix de l’année sainte. En effet, elle a été une initiative du curé et de fidèles paroissiens en 1950 pour remplacer une ancienne croix de bois plantée par les premiers arrivants en 1888. Le paysage vu de ce belvédère est merveilleux. Le lac est entouré de collines boisées.

À la hauteur de Saint-Éleuthère, à l’intérieur des terres, vers les montagnes, se trouve Saint-Athanase, aux érablières reconnues. Au-delà de Pohénégamook, plus loin sur la 289, se trouve la municipalité de Rivière-Bleue, sur la rivière Saint-François, avec sa gare patrimoniale qui nous rappelle l’importance du chemin de fer  dans l’histoire locale. En effet, c’est le réseau ferroviaire du début du 20es., visant à relier les Maritimes à la province de Québec, qui favorisa le développement de ce coin de pays.

La région est vraiment une sorte de paradis des croix de chemin. Il y en a partout. Il faut d’abord vous parler de celles de Saint-Athanase. Parmi les 6 croix de chemins de ce village, il y en a 4 qui forment un ensemble appelé les « 4 Athanase ou les vertus retrouvées ». C’est une initiative très récente (2013). Chaque croix est associée à un homme célèbre nommé Athanase et qui a mis en valeur des vertus particulières. À côté de la croix se trouve un panneau explicatif résistant (plaques en aluminium) où on raconte la vie de cet Athanase et où on décrit des vertus que l’être humain doit pratiquer. Textuellement : ce sont des « vertus oubliées dans le monde moderne ».Mais qui sont donc ces Athanase ?

D’abord saint Athanase d’Alexandrie, associé aux vertus théologales. L’auteur des panneaux les nomme :foi, espérance et charité, les explique et il cite saint Paul : « …la plus importante est la charité ». Il y a aussi le célèbre ministre Athanase David, promoteur de la culture au début du 20e siècle. On mentionne ses réalisations, par exemple la création du musée des Beaux-Arts de Québec et on énumère et explique les vertus cardinales, comme essentielles à l’homme vivant en société : force, justice, prudence et tempérance. Une autre croix, portant une échelle et d’autres symboles, est associée à Athanase Montour, un cistercien de la trappe d’Oka décédé en 1927, dont on raconte les réalisations en horticulture (développement d’un type de melon) et le travail dans la célèbre fromagerie. La partie droite du panneau indique les vertus morales, dont l’humilité est particulièrement vantée comme vertu monastique. Enfin, nous faisons connaissance avec un génie méconnu qui devrait figurer dans tous nos manuels d’histoire : Athanase Kircher (1601-1680), un jésuite ayant développé plusieurs sciences, et inventeur de surcroît. On l’associe aux vertus intellectuelles, dont l’intelligence, la sagesse et la science. Daniel Parisien, qui habite la région,  à l’origine de la conception de ces panneaux.

Si ensuite on passe à Pohénégamook, sur la route 289 ou à proximité, il y a une dizaine de croix de chemin presque toutes parfaitement entretenues et chacune a aussi son panneau historique. On voit qu’elles ont été restaurées au cours des dernières années. On constate aussi en lisant les panneaux les interventions du clergé, même récent, pour bénir les croix restaurées. Un  panneau mentionne un feu arrêté miraculeusement et un autre une guérison subite d’un homme ayant promis de replanter une croix tombée.

Comme si ce n’était pas assez, Rivière-Bleue a publié en 2014 une belle brochure intitulée Nos croix de chemin. 7 croix de chemin très bien photographiées sont présentées. Le projet de mise en valeur s’est fait à l’occasion du 100e anniversaire du village. Des panneaux nous racontent là aussi l’histoire de ces croix de chemin.

image

Une croix à Rivière-Bleue

J’invite notre lecteur à consulter le site patrimoineduquebec.com pour admirer ces croix et ces panneaux via ce lien: http://www.patrimoineduquebec.com/croix/Pohenegamook.html Rendez-vous, par exemple, à croix numéro 8, si éloquente, par sa facture : plusieurs sont du même style dans la région. Bravo aux artisans de cette vivante conservation de nos croix de chemin! Retournons près de nos croix pour réciter le chapelet et chanter des cantiques à Notre-Dame.

Benoit Caron,  octobre 2016

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s